mardi 27 avril 2021

Un Musée du Chat ? J'en souris !


Le "Chat -r- latant", ou la mégalomanie à l'oeuvre...


Après un musée Magritte qui aurait gagné à être un musée du Surréalisme, plus riche sémantiquement, moins commercial, et surtout sans conséquence sur la fermeture, depuis plus de dix ans du Musée d'Art Moderne (Musées Royaux des Beaux Arts), voici un Musée du Chat (on cauchemarde !?) sur le Mont des Arts, en lieu et place de ce que pourrait être, dans un "Après Charlie" opportun, un passionnant musée du Dessin de Presse (... dessin de presse dont la tradition est pourtant si solidement et richement ancrée à Bruxelles depuis le XIXème siècle !). 

Les musées monographiques, comme tous les produits, ont un cycle qui les rend rapidement obsolètes. Le public, écœuré ad nauseam des calembours et autres aphorismes abscons de ce félin obèse, ne mettra plus les pieds dans ce  « musée » après une seule et première visite, pour autant qu’il s’y rende.... 

Le Chat de Geluck est à saluer tout au plus au titre de l'illustration d'une réussite phénoménale, à tout prix, soutenue par une savante culture du réseau politique, élevée, elle, en effet, au rang de Beaux Arts !

Quand va-t-on arrêter de promouvoir avec de l’argent public la facilité culturelle et une Belgitude d’aéroport, au profit d’une vraie politique muséale digne de ce nom à Bruxelles ? 

Après Kanal, ressenti comme une gifle dans la capitale des Collectionneurs (on va chercher chez le voisin - Pompidou - de quoi faire un musée, alors que Bruxelles est à la collection, ce que Berlin est à la création, Londres au marché et Paris à la monstration - pour faire court), voilà que l’on retourne une autre gifle en soutenant un produit de marketing « culturel » - le Chat, grand ami des politiques, partisans du nivellement par le bas faute d’habiter aux étages - alors que les musées bruxellois et fédéraux crèvent la bouche ouverte dans la plus totale indifférence et que les jeunes artistes bruxellois croupissent depuis des mois sous le seuil de pauvreté. Saluer par ce musée une "star" mégalomane de l'opportunisme médiatico-politique, alors que les artistes belges, jeunes et moins jeunes, sont toujours plus invisibilisés à Bruxelles, voilà qui relève d'une très grande culpabilité morale... 

L’indigence le dispute ici à l’indigne, la veulerie au mépris, l’incompétence au pathétique. 

Arrêtons de payer nos impôts pour de pareils abus ! Et dire que le « dessinateur » du chat s’appelle « Geluck ». Quel cynisme !

Que l'on mette ce projet Galeries A(n)gora !







mercredi 3 février 2021

KHMAIRES VERTS

Comment la crise du Covid accélère l’emprise d’une écologie politique totalitaire et révolutionnaire sur la démocratie ?


Comment ne pas admettre que le changement que vit l’humanité ces vingt dernières années (voir post précédent) est entrain de connaître une accélération stupéfiante avec les conséquences de la crise sanitaire du Covid 19, non seulement dans ses aspects de contrôles et d’injonctions liberticides, mais dans ses conséquences, tout aussi liberticides, d’une écologie politique de plus en plus totalitaire ?

Au-delà de ce constat, se trouve l’évidence de l’émergence d’une société toujours plus polarisée et conflictuelle dans ses rapports nés d’une nouvelle lutte des genres en lieu et place de l’historique lutte des classes, désormais obsolète ?

Comme si le port du masque obligatoire, et donc le Covid, dont le lien avec l’effondrement climatique reste encore à établir (il y a des gens qui y croient !), comme si donc toutes ces mesures rendaient subitement (et subtilement) possible l’application de la panoplie de mesures coercitives rêvées de longue dates par les khmers (maires aussi) verts récemment élus, et enfin applicable à la faveur de cette docilité soudaine obtenue d’une population volontairement asservie par la peur ? Il y a, c’est vrai, un momentum extraordinaire à profiter de cette période de crise de la liberté, et de renonciation aux principes premiers de la démocratie (telles la liberté de réunion, la liberté de circuler, la liberté de consommer, etc…), pour faire passer en force, dans un rapide tour de passe-passe, l’arsenal des mesures politiques de l’écologie la plus radicale, telle que même le plus vert des ayatollahs verts du « monde d’avant » n’aurait jamais osé rêver.

Cette synchronicité de mesures prises en faveur de la sécurité sanitaire et en même temps (comme dirait Manu !) d’une écologie de la contrainte, présenté comme le salut de l’humanité, saute en effet aux yeux, quitte à laisser au vestiaire de la démocratie les principes les plus fondateurs de la démocratie.

Cela se ressent principalement, mais pas seulement, dans la mobilité en zone urbaine qui traduit sans plus la moindre dissimulation l’autophobie, cette haine viscérale pour la voiture, ce support emblématique, ce prolongement naturel, ce symbole même de la virilité patriarcale honnie. Car cette haine de l’automobile ne s’attache pas uniquement à la pollution : elle se relie également à une réfutation de tout ce qui se rattache à l’industrie, surtout pétrolière, au béton, à l’acier, et par conséquence, aux Trente glorieuses, au progrès, au capitalisme, et de près ou de loin, tout ce qui se rattache au père, à la famille, aux ancêtres et aux frontières.

 Voyons ainsi, conséquemment, et en ville essentiellement, ce nouveau culte pour le vélo (le plus souvent électrique et donc polluant, désormais), devenu la version augmentée du corps de l’écolo urbain dans ses nécessités de se déplacer, et auquel il est bien question aujourd’hui de réserver la plus large portion possible de voie circulable, au détriment assumé de l’automobile.

Comme si le vélo était devenu subitement la seule échappatoire possible aux problèmes de mobilité et donc de pollution des centres urbains, ce tout-au-vélo électrique semble oublier la fabrication et le recyclage des batteries, en générant des situations rendant sa pratique totalement inapplicable, et pour cause…

Force est de constater que ces mesures écolo-contraignantes, totalement liberticides, sont souvent élaborées en chambre par des poignées de célibataires urbains de moins de quarante ans (ou un peu plus, lorsqu’ils pratiquent le jeunisme qui les caractérise : «le vélo cela maintient en forme ! »), c’est-à-dire des personnes ne rencontrant aucun des problèmes liés à la vieillesse, à la parentalité nombreuse, à la dépendance physique, au surpoids, à la maladie, au handicap… ou à l’isolement.

Tout est en effet dessiné par et pour des urbains vivant au centre des villes. Ainsi, les personnes venant de loin, ces navetteurs tant conspués pour leur incapacité à payer leurs impôts dans la ville ou la région où ils travaillent le jour et qu’ils quittent le soir, et qui apparaissent comme des parasites de la ville, bien souvent pénalisés par la distance, paupérisés par une politique du logement les condamnant à habiter loin, en périphérie ou en province, ceux-là sont priés de venir à vélo, ou d’en trouver un en location, une fois arrivés à la gare. On imagine sans mal le problème, lorsque les transports en commun sont en grève ou parfaitement insuffisants, de se présenter aux portes de la ville ou même d’y accéder en plein centre, pour ensuite prendre un vélo (électrique) de location, par tous les temps …

Le principe sacro-saint de la multimodalité est fondé sur la souplesse et sur la possibilité d’alterner tous les moyens de transports sans pénaliser les uns au profit d’un autre… Or, c’est clairement le cas dans nos villes, et en particulier à Bruxelles, où l’objectif de cette politique écolo-liberticide est de précisément décourager l’automobiliste et de le planter sur une selle.

Mais d’où souffle donc ce vent de l’écologie radicale qui, à bien y regarder, se trouve très loin des préoccupations liées à l’environnement ? Qui sont les nouveaux censeurs du pur et de l’impur, qui endossent le costume de Robespierre contemporains, qui édictent leurs lois du haut de leur olympe de certitudes ? De quoi se nourrit ce sans-culottisme moderne qui, sous le couvert de défendre le bien commun, impose sa vision du monde fondé sur une prétendue souveraineté populaire ?

Ces Catalina aux petits pieds, après la chute du communisme dont ils sont tous plus ou moins nostalgiques, continuent de faire vivre cette idée, issue de la Révolution française, de la souveraineté du peuple en vue de la justice.

Dans cette perspective, la démocratie doit être la plus directe possible avec un contrôle étroit des représentants, tout en admettant leur nécessité. Elle se traduit aussi sur le plan économique par l’impératif de subordonner la sphère économique aux principes politiques. Si (et puisque, dans leur esprit) l’économie de marché et de libre-échange (confondue avec le néo-libéralisme) ne peut plus être la condition d’émergence d’une société juste, conditionnant pourtant autrefois l’amélioration du niveau de vie, du progrès et du confort des masses laborieuses désormais asservies, il convient de lui couper les ailes en touchant directement se fondements : retour de l’Etat interventionniste, suprématie de la loi sur le contrat, contrainte dans la libre circulation des biens et des personnes (la mobilité dite « douce »), régimes de taxation élevés, renforcement du pouvoir des administrations, légitimation des certifications, augmentation des contrôles, notamment sanitaires et environnementaux, etc… Voilà les principaux ingrédients du bouillon (de la bouillie ?) de l’écologie politique.

L’opposition des deux principes qui caractérisent l’antinomie de la gauche et de la droite, à savoir le gouvernement de l’éthique (gauche) contre celui de la responsabilité (droite), cette opposition doit être réduite, telle une fracture par un plâtre, au profit de la seule éthique. On l’a vu dans la gestion de la crise sanitaire : l’éthique a dominé la responsabilité. Tant pis pour les lourds effets induits par la gestion de la pandémie au titre économique (et donc social), seul compte le principe de « une vie = une vie » et la sécurité sanitaire qui culmine au sommet des préoccupations primordiales, primant toutes les autres. La responsabilité des mesures prises ne porte que sur les effets directs liés à la santé. Pour le reste, on avisera… en toute irresponsabilité, appelant.

L’écologie politique doctrinaire et dogmatique a pour elle d’être portée par le mouvement de l’Histoire. Elle répond au plus grand danger menaçant le Vivant, à savoir la menace écologique, l’effondrement de la biodiversité et le dérèglement climatique. Toute mesure de contrainte écologique totalitaire trouve sa justification sur base de ce péril immense. Partant, tout amalgame avec la crise du COVID est désormais possible. Au nom du bien commun, la sécurité sanitaire a rejoint la sécurité environnementale dans un chorus anti libéral qui renforce un peu plus l’aérodynamisme du discours de l’écologie politique, au sens large…

Les mesures que défendent ces écologistes, et que l’on retrouve directement empruntées à la Convention citoyenne pour le climat, relèvent d’une grande simplicité. Les principes sont énoncés sans détours, il faut entrer en déflation, ralentir la course effrénée du monde, restreindre les déplacements, diminuer les émissions de gaz à effets de serre, placer des éoliennes, fermer les centrales nucléaires, isoler les maisons, trier les ordures, recycler / réparer et non jeter, …

Ces mesures sont souvent de bon aloi, compte tenu de l’urgence climatique. Mais elles dégoulinent de morale progressiste pétrie d’amour de la planète, d’amour des animaux, d’amour de l’humanité…

Au nom de cette morale, il faut combattre le déchet sous toute forme : nucléaire, ménager, chimique, combustible (plus de feu de bois à Paris dans les cheminées des intérieurs bourgeois), ou automobiles. Les déchets sont non seulement sales, mais surtout ils sont impurs ! Et peu importe si les éoliennes polluent visuellement le paysage : l’utile prime toujours sur le beau (notamment sur l’élégance, vu l’attirail de cyclistes ou leurs sportswears de tous les jours). L’utile et surtout l’efficace prime aussi sur la liberté, qui d’après la Convention citoyenne sur le climat « ne saurait compromettre la préservation de l’environnement ». Sous le dogme, la laideur s’étale et la tyrannie pointe.

Le beau n’est donc pas pour eux une valeur platonicienne, la liberté n’est donc pas une valeur démocratique intangible : l’un et l’autre s’effacent devant le dogme écologique. Mais au-delà de l’utile, qui prime sur la beauté, un ultime combat porte sur le passé, au sens générique.

Pour les écolo-totalitaires, le passé ne pourrait en aucun cas être un frein au développement futuriste de la ville ou de nos campagnes. « Du passé, faisons table rase », célèbre antienne révolutionnaire, leur convient à merveille. Une posture révolutionnaire, mais non violente, qui n’envisage pas une lutte armée, mais une pratique du déni, de l’effacement, du remplacement. Pas question qu’une tradition ne vienne entraver la marche non violente de la révolution verte : voyons par exemple Bordeaux dont le maire récemment élu (grâce à une abstention massive, il l’oublie !) a décidé qu’il n’y aurait pas de sapin de Noël dans la ville, cette année… Qu’est-ce que ce culte autour d’un arbre mort, alors que la déforestation mondiale est en cours ? Paris piétonnisé, vélocipédisé, végétalisé, la Bretagne ponctuée d’éoliennes, les toits des maisons tapissés de panneaux photovoltaïques… surtout, que rien qui ressemble au passé, au paysage coutumier, aux mœurs anciennes, à la culture religieuse ou au patrimoine architectural historique ne vienne faire dévier la marche du monde vers le paradis vert qu’ils nous promettent ! Et ce Tour de France, comble du beaufrérisme absolu, quelle gabegie dégueulasse de ploucs, avec ces types hyperdopés donnés en spectacle aux chômeurs !

Tabula rasa, modification radicale, suppression, remplacement, … tout fait l’objet d’une main mise, d’une main basse sur le bien commun qu’ils s’approprient pour mieux le dénier, le dénigrer, le contester, le laminer, sur l’autel de leur nouvelle religion néo-antique de la Nature. Celle-ci a ressuscité les préceptes et renoué avec les moyens du Culte de la Raison et de l’Etre suprême de la Révolution française, organisant ses fêtes civiques (les fameuses ‘parades urbaines’ notamment ‘roller parades’ et autres dimanches sans voitures), assermentant de forces les tenants de la politique d’avant dans de toxiques alliances politiques, et pourchassant les hérétiques à coups d’amendes, d’édits communaux, de décrets subits, de modification des voies de circulation, sans la moindre concertation, etc…

La fermeture du Bois de la Cambre à Bruxelles, le péage urbain projeté et l’application totalitaire de Bruxelles à 30km/h en sont les meilleurs exemples…

De préoccupation démocratique, en revanche, nada, alors même qu’ils en truffent leur discours pour apporter une légitimité à leurs actions.

Avec donc la répudiation du passé et des traditions, c’est tout ce qui fait culture qui peut passer à la trappe. Et c’est là que le nouvel ordre écologique devient extrêmement inquiétant.

Liberticide, totalitaire et antidémocratique, l’écologie politique est une arme de liquidation massive de l’ancien monde, et donc de sa culture, cette culture qui, comme le disait Malraux « fait civilisation ».

Au-delà donc d’une croisade anti-patriarcale, dont la haine de la voiture est la plus parfaite des incarnations, c’est tout ce fameux « monde d’avant » que veut voir disparaître l’écologie politique : contester l’autorité et ceux qui en sont dépositaires (policiers, maîtres d’école, etc…), abattre les hiérarchies, les genres, au profit d’une indifférenciation totale entre le maître et l’élève, la fille et le garçon, le citoyen et le sans-papiers, un opéra et un bal musette… Les concepts d’esthétique, de patrimoine, de passé, de nation, de citoyenneté, de république et même de laïcité peuvent être dissouts dans la chlorophylle extraite sous la presse de l’écologie politique.

Derrière ce culte du pur et dur engagement zéro déchet, se trouve donc embusqué, en réalité, une haine du patriarcat, un féminisme guerrier, souvent avant-postes, pour les plus radicaux, de l’antiracisme primaire racialiste, où l’universel fait place aux identité revanchardes, déboulonnant les statues et culpabilisant le blanc dans son soi-disant privilège.

Dénonçant les catastrophes écologiques en cours, et les dommages consécutifs de la pollution, à juste titre !, ils appliquent en réalité des solutions draconiennes et liberticides, confondant l’importance du problème avec l’excès de ses solutions, et visant plus à modifier le monde, ses structures et ses fondements, qu’à sauver la planète (qui s’en fout !) et l’humanité. Or la vraie écologie ne s’imposera pas dans l’orthopraxie (l’agir droit) du pur et du zéro déchet, mais dans l’orthodoxie (le penser droit) d’une humanité consciente de sa fragilité et apprenant à habiter le monde en poète, dans une véritable écologie de l’esprit.

Ce simplisme totalitaire écologiste consiste à faire le bonheur des gens malgré eux, dans une négation des libertés fondamentales, de l’esthétique et du passé, au profit d’un changement radical de nos habitudes et de nos identités. Le sectarisme de ces apprentis-sorciers appliquent le sempiternel logiciel révolutionnaire consistant à libérer les peuples en les corsetant.

 

 

jeudi 16 avril 2020

Pensées confinées: les 20 dernières années dans le rétroviseur...

Jeter le bébé avec l’(e) (Vers)eau du bain… ?

La crise du Coronavirus n’est-elle pas l’occasion rêvée de repenser lentement le monde ?

 

Opéra catastrophe

Le confinement est une période de flottement, de "non-temps", idéale pour se reposer et jeter un coup d'oeil dans le retroviseur de l'histoire du monde, et en particulier sur les deux dernières décennies, qui furent aussi celles du début du 21 siècle.
Difficile, aujourd’hui, en 2020, de ne pas considérer ces vingt dernières années, comme celles des plus grands changements qu’ait jamais connu l’humanité, sur tous les plans et dans toutes les catégories de pensée et d’action, dans une sorte d'immense accélération.

La destruction en 2001 des Twin Towers en fut le signal déclencheur, telle l’ouverture tragique d’un opéra catastrophe, avec pour corollaire et suites la remise en cause active du modèle capitaliste et de l’impérialisme américain, sur fond d’intégrisme musulman, créant l’irruption d’un terrorisme islamiste aveugle, partout dans le monde.

Cette vague de déstabilisation a ébranlé toute la planète, avec une profonde déstabilisation du Moyen Orient, la poursuite des guerres pétro-politiques dans le Golfe entamées dans les années 90, la guerre en Syrie contre un dictateur aveugle et sanglant, l’émergence de Daesh pris de rêves de califat, la chute des régimes autocratiques nord africains et les Printemps arabes consécutifs, morts-nés au profit d’une radicalisation politico-religieuse islamiste.

Les crises migratoires ont encore davantage créé le sentiment de déstabilisation, en provenance des zones de guerre moyennes orientales ou de l’Afrique subsaharienne, annonçant de bien pires migrations à venir, génératrices de drames humains dans le bassin méditerranéen, que ni le barrage turc acheté à prix d’or et qui cède aujourd’hui, ni les frontières militaro-sécuritaires ne pourront bientôt plus contenir.

Les relations entre la Chine et les Etats Unis, se sont largement détériorées, surtout depuis l’avènement au pouvoir de Donald Trump, transformant les échanges économiques entre les deux premières puissances économiques du monde en gigantesque ring de boxe, tandis que la Russie joue le rôle d’arbitre vendu, entre la Syrie et la coalition occidentale, et que le monde assiste, impuissant, à la dérive autoritaire fanatique de la Turquie définitivement laissée à la porte de l'Europe. Israël s’enferre dans sa politique coloniale des Territoires palestiniens, tandis que face à cet immense shaker détonant, l’ONU semble être le balcon feutré auquel s’accrochent, en plein désespoir, des diplomates cravatés par leurs gouvernements respectifs.

Un monde nauséabond, sous l’œil omniscient d’Internet

A ces bouleversements de type politico-religieux s’est ajouté l’œil omniscient de l’Internet qui rend compte en temps réel de la déréliction du modèle d’avant, charriant dans son égout les pires boues de l’humanité, rendant plus nauséabonde encore l’actualité, à coup de fake news, de posts vengeurs, voyeurs ou vomitifs. En parallèle, apparaît salvatrice la posture et le statut des lanceurs d’alerte, choisissant Internet pour faire savoir au monde entier ce que certains voudraient cacher…

Dans ce contexte, la dérégulation complète du climat, parfaitement perceptible sous toutes les latitudes, met sous les yeux médusés de l’humanité les conséquences ravageuses d’un mode de consommation irresponsable et tout-puissant, mettant en cause la survie même de l'espère humaine sur terre, à la suite d'une chute brutale de la diversité . Ce changement climatique a poussé les étudiants de tous les horizons occidentaux dans les rues, contestant les politiques publiques attentistes et inefficaces, prenant le pouvoir en abandonnant l’école, et se choisissant pour porte-parole une adolescente aux allures christiques.

La crise financière de 2008 a démasqué le capitalisme le plus débridé, montrant le faciès hideux de ses pratiques les plus immorales, financiarisant des dettes et combinant en toute impunité l’épargne en de complexes produits financiers toxiques, entraînant dans une chute vertigineuse l’économie mondiale, obligeant les états et les régulateurs centraux à voler au secours des banques par l'injection massive de liquidités, fragilisant, ce faisant, les populations les plus précarisées par un taux d’endettement abyssal et une situation macro-économique vacillante.

L’Europe, qui fut depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale le plus grand idéal politique jamais promu par des ennemis autrefois irréductibles, a produit, à l’échelle continentale, la plus longue ère de paix qu’ait jamais connu l’humanité sur une aussi grande partie du monde. Ces dernières décennies, l’Europe a hélas fini de démontrer son inefficacité à répondre aux vrais enjeux de société, aux réels problèmes de ses citoyens, en raison de son indéfinition essentiellement culturelle, de son mode de fonctionnement intrinsèque à l’unanimité et de sa technocratie aussi coûteuse qu’inopérante. Cette critique conduit désormais à une sortie en cascade, attendue ou avérée, de tous les eurosceptiques, la Grande Bretagne en tête.

Le Pays des Droits de l’Homme est devenu le théâtre de la contestation, sous toutes ses facettes, « gillet-jaunisant » les villes et les campagnes, clivant la société en factions opposées, entraînant destructions, grèves et prises d’otages sur tous les fronts de l’action politique et syndicale. Bloquant le pays économiquement et l’emmenant au bord de la rupture par le tenue de grèves interminables, le peuple 'cette partie de la société sur laquelle s'exerce le pouvoir' dit Michel Onfray, tente de résister aux réformes, telle celle des retraites, menaçant les acquis des Trente Glorieuses en raison d’un réalisme politique lié aux incertitudes économiques et à l’inversement de la pyramide démographique. 

Les gouvernements et parlements des démocraties occidentales moribondes sont obèses de créatures politiques pléthoriques, plus inquiètes de leur réélection que de leur rôle premier de représentation, produisant une inflation accélérée de textes législatifs, notamment dans le domaine de l’éthique, autour de la mort, de la procréation, du mariage pour tous, ou dans les domaines du progrès social, autour des retraites, des congés parentaux après la perte d’un enfant,… autant de débats opposant les citoyens, favorisant les oppositions et fertilisant les luttes haineuses.

Les grands systèmes numériques tenus par les GAFA’s américains monopolistiques (reléguant l’Europe à la traîne de son exploitation) moissonnent massivement nos données personnelles, ce nouvel « or noir » de l’économie, attendant l’instant proche où elles seront disponibles et indispensables à un contrôle total de nos libertés individuelles, dans un croisement programmé de l’infotech (la 5G !) et du biotech, détruisant par la même occasion le tissu social et associatif, le commerce de proximité, la poste, l’intimité et la saveur relationnelle, les métiers de la pensée et de la création (libraires, écrivains, artistes, etc…), virtualisant tout, sans exception, au cœur de data centers déshumanisés.

La mort de l’esprit de nuance

Certains médias poursuivent leur travail de sape par une désinformation rampante, sous le contrôle de grands groupes détenus par des fortunes personnelles assoiffées de reconnaissance et de pouvoir. Dans ce contexte, sous l’influence des réseaux, les masses adhèrent à des idées simplistes et répondent aux populismes de tout poil, lesquels écrasent les démocraties sous le talon des instincts primaires de racisme et de communautarisme, conduisant la société en rang serré vers de nouveaux univers concentrationnaires, numériques notamment.

Cette désinformation massive encouragée par les médias dits « sociaux » polarise la société en ‘pour’ et ‘contre’, sans la moindre finesse, désignant implicitement et corrélativement sa véritable victime : l’esprit de nuance. Il est ainsi déplorable qu’à proportion de la toute-puissance de cette désinformation se trouve inversement dérisoire le rôle de l’intellectuel, condamné au silence imposé au grincheux et au moralisateur, dès qu’il tente de raffiner le jugement, de contextualiser les faits, de nuancer les postures, de les relier à l’histoire, à la philosophie ou à l’art. Disqualifiant la pensée, notre monde de médias a choisi de préférer la satisfaction du lynchage immédiat à toute forme de recul moral ou spirituel qui permettrait de comprendre avant de juger.

Dans cette entreprise d’aliénation, les religions – et singulièrement l’Islam  - accentuent leurs emprises sur les esprits les plus faibles et déculturés par la possibilité de mieux contenir les individualités et d’en radicaliser le comportement, par une pratique répondant de l’orthopraxie pure, notamment par le port de signes distinctifs vestimentaires – exclusivement féminins - discriminants et archaïques, reléguant tout idéal d’égalité et de laïcité républicaine au rang des vieilles valeurs, aujourd’hui suspectes d’islamophobie.

La lutte intersectionnelle, un danger de totalitarisme ?

La faillite du communisme dans les années 90, laissant vainqueur un néo-capitalisme mondialisé, plus immoral que jamais, a nécessité que soit modifiée la lutte des classes en lutte de genres, au sens large : les damnés de la terre d’hier, le prolétariat, les ouvriers dépossédés de l’outil de production au profit du capital, ont été interchangés au profit de tous les discriminés d’aujourd’hui, les nouveaux prolétaires, les proscrits, les sans-places : les musulmans, les noirs, les femmes, les homosexuels et toute la mouvance lgbt, les sdf, les migrants, les minorités de toutes natures, les zadistes, les marcheurs pour le climat,  etc... Nous sommes arrivés au point culminant de la démocratie dictée par les lobbies de toute espèce. Seule cette démocratie-là a encore une place dans les vrais débats de société… même si nous sommes les premiers à considérer qu'ils y ont leur place !

D’une lutte des classes horizontale découlant du matérialisme dialectique historique marxiste, distinguant ceux d’en-haut de ceux d’en-bas, cette nouvelle lutte des genres est désormais verticale, divisant la société par colonnes, par segments, sans considération de milieu social ou d’horizon économique. Cette lutte d’un type nouveau embras(s)e toute la société : marquée au sceau de la stigmatisation expéditive, elle trouve dans la lutte antidiscriminatoire, intersectionnelle, une forme de prêt-à-penser confinant à un Salut moderne, menacée de dérive totalitaire, prononçant l’excommunication à l’envi et frappant d’anathème toute forme d’opposition, convaincue d’être du bon côté, créant parfois, dans le bain unanime de la bien-pensance, de grandes injustices, et générant des schismes douloureux au sein de la société (pour mémoire, la haine qui a divisé les pro ou contra "mariage pour tous" ou la GPA).

 « Jeter le bébé avec l’eau du bain »

Dans cet ‘unanimisme’ inflexible, s’expriment les tenants les plus dogmatiques de chaque pensée, discréditant tout discours divergent par un procès d’appartenance : si vous réclamez un peu de nuance sur le climat, on vous taxera de capitaliste pollueur inconscient, si vous jugez nécessaire un débat sur le port du voile et sur la possible intégration islamique au modèle occidental de laïcité, on vous collera l’étiquette d’islamophobe, si vous demandez une légère prise de distance par rapport à la délation corolaire aux mouvements #balance ton porc ou #metoo, on vous mettra en accusation pour misogynie et machisme, faisant le procès de vos arrière-pensées, et l’on prétendra que c’est votre crainte de voir vaciller le patriarcat blanc industriel chrétien qui génère en vous toutes ces interrogations.

Réhabilitons le masculin par un féminisme nouveau, non celui de nos mères et de nos grand-mères qui réclamaient l’égalité… Car on ne peut que perdre au jeu de l’égalité lorsque les règles du jeux sont dictées par l’autre… Le féminisme historique a tout perdu sur ce terrain. Remettre le féminisme sur les rails des préoccupations de la société contemporaine, c’est avant tout définir et redéfinir la place de l’homme, en regard de celle de la femme, et inversement ! Un féminisme qui serait d’abord celui de l’affirmation des différences entre les genres, pour mieux les réduire. Un féminisme qui verrait la complémentarité avant l’égalité entre les sexes, rééduquant l'homme, dès la petite enfance, dans son rapport à la femme. Un féminisme qui requalifierait et recalculerait le statut de la maternité en fonction de son rôle et de son apport à la société permettrait à l'enfantement de ne plus se faire sur le dos de l'épanouissement féminin, grâce à des structures et des moyens adaptés. L'autel sacrificiel sur lequel se sentent, souvent à raison, pour ne pas dire toujours, immolées les mères de nos société contemporaines est également celui du couple et de la famille… Le temps est venu de trouver une véritable réponse sociétale à cette question de l'enfantement chez la femme.

Des changements, et un nécessaire arrêt. Le Coronavirus en frein providentiel ? La fondamentale question de l’inutilité.

Bref, on le voit, ces changements se sont accélérés avec une vitesse sidérante, produisant en moins de vingt ans une société radicalement différente de celle qui avait vu s’achever le 20ème siècle.

Dans cet immense bouleversement, où chercher les réponses face aux milliers d’hypothèques et de questions qui pèsent sur l’avenir ? Notre recours ultime serait-il de nous tourner vers les astrologues qui nous disent que, suivant les prédictions aztèques du 15è siècle, nous sommes entrés dans l’Ere du Verseau depuis 2012 ? Cette ère suit celle des Poissons. Avec le Verseau tout verse, tout se renverse, tout coule, tout croule, c’est une ère liquide, aqueuse, éminemment l'ère du changement.

Si donc cette ère a bel et bien débuté, nous ne pouvons pas douter un instant de sa réalité ! En effet, tout bouge, tout change, tout mute, tout se modifie…

Mais si cette vingtaine d’années écoulée avait commencé par l’ouverture tragique du spectacle désolant de l’effondrement des Twin Towers, métaphore prophétique de l’écroulement du monde d’avant, voici que l’irruption foudroyante du Coronavirus semble sonner comme la clôture effroyable de cet opéra tragique, condamnant l’humanité à un confinement généralisé, renvoyant les plus positivistes à des peurs moyenâgeuses, réorganisant les perspectives et les priorités suivant une hiérarchie de valeurs dominée par le prix de la vie individuelle, et condamnant les économies du monde entier à la récession, dans un mouvement collectif, quasi hypnotique, d'immolation des libertés individuelles.

Ce virus inconnu semble donc accompagner et clore cette période de mutation profonde des vingt dernières années, pour ouvrir sur une voie nouvelle, un monde d’après.

Cette crise sanitaire nous appelle à l’humilité, et nous confronte aux limites de notre hubris, de notre orgueil démesuré qui agite le monde depuis des décennies, précipitant l’humanité dans une fuite accélérée vers le néant matérialiste et technologique.

Elle nous renvoie aux valeurs premières de nos vies et de nos familiales intimités ; nous sommes désormais assignés à résidence, cherchant à trouver dans le singulier colloque intérieur de nos habitations la source de bonheurs simples et d’occupations commensales… Notre projet de vie redevient subitement domestique, familial et statique, raisonnable et mesuré, artistique, gratuit et contemplatif, prévoyant et solidaire.

Voilà qui semble ponctuer cette ère de révolutions par une profonde remise en question que nous impose cette véritable pause ontologique. Ce moment de réflexion, rigoureux comme une cure, nous ne nous invite-t-il pas à raisonner nos vies et nos choix, en vue d’un changement né de ces douloureuses expériences ?

En définitive, ce que cette crise sanitaire convoque, c’est la question fondamentale de l’inutilité… Plus encore que la consommation obscène et la gabegie de biens et de services inutiles, rendus accessibles à des proportions exponentielles par Internet, se pose la question de la production de ces 'consommables', elle-même.
A la suite du philosophe et sociologue français Bruno Latour, posons-nous la question de savoir si le monde ne pourrait pas, en définitive, se passer de ce qu’il produit dans une débauche de moyens mondialisés, à grands renforts de création de besoins, de publicité et de laideur, passant ainsi les plats d’un capitalisme débridé, et exploitant toujours plus, telle une rente post-coloniale sans limite, une population précaire à l’autre bout du monde, sous-payant ces nouveaux esclaves, exploitant leur super-dépendance, et recyclant, sous couvert de développement, la misère en main d’œuvre ?

Ce que ce coronavirus montre, c’est notre totale dépendance, désormais, à ces moyens et lieux de production délocalisés et mondialisés, lorsqu’un phénomène systémique de frein brutal vient en bloquer les rouages. En quelques semaines, on assiste à un coma organisé et à un délitement subi(t) mais sans doute durable des chaînes d'approvisionnement.

La fragmentation de la mondialisation qu'immanquablement cette crise provoquera, constitue une occasion inespérée de reprendre les commandes.

"Arrêtons de dénoncer, commençons à énoncer", dit Edgard Morin:

- relocaliser les productions vitales de notre économie,
- réguler les échanges et les investissements par des organismes et des mécanismes publics de contrôles et de prévention,
- prélever fiscalement les géants de l’Internet, échappant jusqu'ici à toute redistribution car étant, par définition, non localisés,
- taxer lourdement l’inutilité, sous toutes formes, dont le trafic aérien low cost,
- encourager l’économie durable, solidaire, locale et juste, et dans les pays émergents,
- pratiquer une tarification de la main d’œuvre qui soit digne,
- relancer, dès les classes maternelles et jusqu’à la fin du cursus scolaire l’éducation artistique, civique et naturelle,
- réinvestir les campagnes et délaisser les villes,
- revaloriser l’artisanat et les métiers d’art – tout ce qui fait travailler la main,
- instaurer un service civil obligatoire, à destination de tous les jeunes, etc…

La liste est longue des nouveaux chantiers à ouvrir, la carrière de notre "jour d’après" étant longue et fertile !

Notre intime conviction serait cependant, et en tous cas, de ne pas nous précipiter. Il ne faudrait pas en effet jeter le bébé avec l’eau du bain, dans cette grande vague projetée par le Verseau sur le monde !

Surtout, évitons de rendre permanentes et communément admises les mesures temporaires, notamment liberticides et anti-démocratiques, que nous impose ce virus !

Le temps long, l’esprit de nuance et les vertus de l’enfance

 

Privilégions le temps long, alors qu’il semble s’accélérer toujours plus… Cette crise sanitaire nous y invite, par son obligatoire changement de rapport à la temporalité, alors que des semaines de confinement nous placent dans une durée infinie, sans repères…

Pour y parvenir, abandonnons le matérialisme historique au profit d’une nouvelle façon d’être-au-monde et d’une véritable écologie de l’esprit. Favorisons la finesse d’analyse et le retour de l’esprit de nuance, interrogeons nos bonnes intentions et nos mauvaises habitudes, vivons nos vies à la lumière (ou à l’ombre projetée) de la mort et de la maladie, donnons la parole à celles et ceux auxquelles elle a été trop longtemps confisquée, principalement les intellectuels, les vrais artistes, les spirituels et les sensibles. Laissons les colères de côté, abandonnons les luttes violentes, les posture stigmatisantes et les marches bruyantes.

Voyons comment créer l’harmonie entre les genres, entre les êtres, entre les pensées, recentrant le débat sur le modèle sociétal qui a, depuis le début de l’humanité, fondé son progrès et garanti sa civilisation : la famille. Oui, la famille, au sens large et symbolique même, sans atteindre immédiatement le Point Godwin, par la fallacieuse et fachiste apostrophe ‘Travail-Famille-Patrie’ qui a nuit énormément à cette valeur première.

Habiter le monde en poète, vivre en artiste, et entrer dans la déflation lente, avec la conviction que, si le changement est certes nécessaire en bien des points de l’écheveau social, économique, politique, spirituel et moral, l’Humanité a mis des centaines de milliers d’années à se construire telle qu’en elle-même… Peut-être convient-il donc de bien réfléchir aux conséquences de nos aspirations révolutionnaires… et en particulier de nos modes de production et de consommation.

Restons les dignes héritiers des Enfants de l’Humanité… C’est d’ailleurs de l’enfance qui viennent les plus élémentaires leçons de changement. Chez l'Enfant, sa spiritualité pure, son goût simple, sa joie naturelle, son équilibre premier, son imagination sans borne et sa douce naïveté, ... sont autant de sources d’inspiration utiles à la conception d’un nouveau monde.

Car il ne faudrait donc pas qu’en quelques décennies, dans une forme d’accélération mortifère, l’Humanité cherche à se sauver au détriment de ce qui fait l'Humanité ! Ce virus n’en viendra pas à bout, mais il donne l’occasion de prendre une leçon, de repenser le monde, en faveur d'une plus grande écologie de l'esprit et du coeur.

samedi 7 septembre 2019


« L’Art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme »

André MALRAUX

 

« ENTRER EN ART »

Plaidoyer pour une nouvelle Ecologie de l’Esprit : « Homo artisticus », debout !

Introduction à la séance inaugurale des Journées d’Etudes du Mouvement – lundi 23 septembre 2019 – La Pommeraie – Angers (France)
 


Grotte de Lascaux, Périgueux, France

 

Point n’est nécessaire d’ausculter longtemps le monde et son évolution galopante pour prédire une déréalisation toujours plus grande, dans toutes les catégories de jugement et de pensée : automation des activités humaines, domestiques et industrielles, numérisation et évaporation des supports physiques, programmations électroniques des loisirs (écrans…), urbanisations massives et perte de contact avec le milieu naturel, dénaturation du rapport à l’autre, etc…

A cette lente prise de distance d’avec la réalité, s’ajoute les dangers corrélatifs que sont l’obsolescence de l’homme au profit de la machine, la perte de liberté individuelle, née du big data – tout est vu, enregistré, archivé, stocké de ce qui nous constitue - et la violence sociale consécutive des injustices nées des écarts croissants entre pauvreté massive et concentration de la richesse, entraînant la disparition totale de la classe moyenne.

On le voit partout, sous toutes les latitudes, les progrès hallucinants de l’infotech croisés avec ceux du biotech, annoncent une société toujours plus conditionnée, surveillée, organisée, en vue d’une parfaite adéquation entre le désir et sa satisfaction, entre le comportement et la norme, entre l’objet convoité et le sujet convoitant, entre le matérialisme et le capitalisme. En un mot, l’évaporation du sujet (libre-)pensant est aujourd’hui une visée sans erreur, le cœur de cible du grand projet totalitaire néo-libéral, avec ses cohortes de misères sociales, morales et environnementales.

Le corollaire de ce qui précède se résume aussi en un mot : solitude. Solitude de la conscience, de l’être, déréliction du lien social, à commencer par le plus naturel : la famille. Disparition donc, en somme, de ce qui fait société…

Aux portes de cet Enfer dont Dante n’aurait pas pu concevoir pire image que celle de l’entonnoir dans lequel, nous le sentons, nous glissons à toute allure, que proposer comme sursaut à l’Humanité ? Comment empêcher cet Armageddon qui verra  l’Homme terrassé, privé de sa part divine, vautré, englué dans la matière, vaincu par les plus séduisants artifices de la facilité et de la veulerie ?

Certaines réactions se font jour, dans le tissu associatif, avec de réelles actions pour un retour à la nature, dont le vecteur nutritionnel au ‘tout bio – « no meat » constitue une première étape décisive et universelle, sans doute, sans parler des errements révolutionnaires des gilets jaunes, et autres marches pour le climat, qui sont les signes avant-coureurs d’une lame de fond plus structurelle, traduisant la survenance, dans le cœur de la société, d’une réelle envie de changer de paradigme…

Selon nous, une voie de salut s’offre aujourd’hui à l’homme désireux de modifier les structures du monde, et qui englobe toutes les autres : « Entrer en Art », comme on entre en Résistance.

L’Art, sous toutes ses formes d’expression, est la seule porte de sortie, en ce qu’il est une échelle de la Transcendance, ce qui élève l’homme, et en ce qu’il est le propre de l’homme.  

L’Art est ici à entendre au sens métaphysique : l’art est une imitation de la Nature, et donc une possibilité d’y prendre racine, de s’en-art-ciner… une façon d’être-au-monde. L’Art relève d’une expérience sensible, d’un contact avec l’Autre et le monde par les sens et l’esprit. L’art n’est pas seulement l’expérience esthétique qui nous relie à la notion du Beau (tant mieux si c’est le cas !), c’est aussi une façon de s’accrocher au réel par une action tangible et gratuite, non productive.

A travers l’Art d’hier, d’aujourd’hui, de demain, par sa pratique, par sa contemplation, se vit donc également une expérience ontologique de contact au monde, d’authentification, de vitalisation de notre existence. Entrer en Art, c’est donc entrer en Résistance contre la déréalisation du monde, c’est conserver un équilibre entre la matière et l’esprit.

Il s’agit donc de proposer l’art comme la plus universelle des écologies, une écologie de l’esprit, en ce sens que pour protéger son développement durable, l’esprit a aussi et surtout besoin d’art pour prospérer. L’art est par essence un partage, un élan vers l’autre. Entrer en Art, c’est aussi garantir l’échange entre les êtres, entre les groupes, c’est une façon de tisser du lien, de jeter des ponts, de créer une ouverture à l’autre, dans une société qui se veut toujours plus individualiste et égoïste.

Entrer en Art, c’est donc prendre le parti de la résistance au matérialisme, en protégeant la part divine de l’homme, cette capacité unique qu’il a de symboliser le monde pour lui donner un sens. Toute autre voie le conduit inexorablement vers le précipice de son absurdité : sans art, l’humain est condamné à vivre son destin tragique sans aucune raison.

Il est urgent de marcher pour le Climat, certes. Ce dont il faut prendre conscience, c’est que la mise en danger du climat est une conséquence de la déréalisation galopante du monde sous l’effet impérieux du matérialisme. Il devrait plutôt s’agir d’une marche pour une l’Art en tant qu’écologie de l’Esprit…

Si l’art est donc un moyen de s’enraciner dans le réel, avec une forte présence de la Nature, en vue d’un partage, il est donc aussi Amour : amour de soi, amour de l’autre, amour du monde. Tout est Art, pour autant que l’on aborde l’existence dans cette triade : Art – Nature – Amour, une seule et même énergie, une seule finalité : échapper à la déréalisation du monde et à son absurdité.

L’Art est à comprendre comme une nouvelle voie de l’existence, ce qui fait « art », dans ses plus insignifiantes composantes : dresser une table pour un repas, ramasser une feuille morte aux couleurs d’automne, contempler le visage d’une personne aimée, scruter un cristal de neige, s’émerveiller du chant d’un oiseau…. Infinie omniprésence de l’art, partout, en tout, de la nature à la ville, de l’espace domestique à l’espace public, du matin au soir, dans la joie ou dans la souffrance.

« Entrer en art », comme on entre en religion, donc, avec cette urgence d’une création personnelle qui authentifie notre existence, quelle que soit cette création. On entre en art, comme on entre en Résistance, aussi, contre un monde plat (les plis, les drapés de la peinture et de la sculpture, de tous temps, ont été des actes héroïques de création, par la difficulté de leur donner vie), et vivre en artiste est fondamentalement une vie habitée par le sentiment du mystère des choses et par l'émerveillement.

 
Le décentrement est l’attitude propre à cet être au monde. C’est aussi l’attention avec un grand A, c’est à dire la sortie de soi, le dépouillement et même l’abandon au profit de ce qui émerveille. L’art transporte (à ce titre, j’apprécie mon patronyme).

 
Voilà pourquoi l’art est proche de l’Amour. En cela, il est éminemment thérapeutique pour notre monde. Il ne faut pas oublier que Saint Luc est à la fois patron des peintres et des médecins ! L’art est restaurateur de la Joie, trouvée dans cet abandon de soi au profit de ce qui m'absorbe.
Et les artistes savent que c'est cet abandon qui est paradoxalement la source de toute création.  C’est dans les moments où nous vivons le plus intensément cette dépossession de nous-mêmes que nous avons été aussi le plus nous-mêmes, et les plus créateurs. 




La création puise sa sève dans ce plus intime de moi-même où, dépouillé du JE, dans une sorte d’anonymat universel, je rejoins tout Homme. Voilà pourquoi il est absurde de signer une œuvre. Car une authentique création est faite essentiellement de cette attention, dépossession et décentrement. 

Cette sortie de soi conduit à une ouverture à l’Autre, à la Transcendance.

 

Il est temps que se lève l’ Homo artisticus pour sauver ce qu’il a de plus précieux : son âme et son rapport à l’autre.

 

Constantin Chariot

vendredi 13 juillet 2018

L’ESPRIT DE LA QUESTION


 
Alors que le sommet de l’OTAN se tenait il y a deux jours au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles, se pose la question du devenir de ce grand musée… dans le contexte mondial et européen.

Le Grand Cinquantenaire, LE Musée européen des Civilisations qui manque à l'Europe ?

Quelle méthodologie d’analyse et de sélection pour quel récit ?

 

Une culture européenne par essence unitaire et multiple à la fois….

Recomposer et redéployer les collections d’un futur Grand Cinquantenaire sous l’appellation descriptive de « Musée européen des Civilisations – Grand Cinquantenaire » s’avère tout autant un acte philosophique que politique, lourd de sens et de responsabilité.

Ce grand musée, issu des visées universalistes du 19è siècle, convoquant au cœur de la capitale belge toutes les civilisations du monde, dans le temps et dans l’espace – à l’exception de l’Afrique qui se trouve à un ‘jet de tram’ à Tervueren – est désormais situé à deux pas des institutions européennes elles-mêmes. Cette localisation indique donc toute l’opportunité d’en faire le seul musée de l’espace européen où il serait possible d’interroger l’Europe d’un point de vue culturel.

Il n’en reste pas moins que s’interroger sur l’identité culturelle européenne est un casse-tête… Il est rapidement concevable qu’une telle tâche, destinée à clarifier un concept de culture européenne aussi vaste que flou, peut s’avérer suicidaire, voire impossible. Que dire alors d’un musée qui serait sensé répondre à cette question ?

Bien sûr, lorsqu’est posée la question de l’existence et de l’essence-même d’une culture européenne, surgissent immédiatement les grands fondements de cette culture, commune à l’ensemble de l’espace européen, et partant à l’ensemble du monde occidental :

-        les bases antiques gréco-romaines, comprenant la pensée philosophique aristotélico-platonicienne, les mythologies et les grands récits épiques,

-        l’héritage biblique judéo-chrétien,

-        les Lumières, la démocratie, les Droits de l’Homme et la laïcité.

Ces trois fondements constituent, en effet, et sans contestation, les trois jambes de force de l’édifice européen en matière culturelle, spirituelle et politique. Mais peut-on pour autant rejeter les autres influences, suivant les localisations, tout aussi fondatrices, que germaniques, celtiques, musulmanes, conduisant aux particularismes bretons, basques, corses, catalans, etc… ? Les identités des cultures constituant le grand amalgame, l’immense agrégat européen, de la Scandinavie aux pourtours méditerranéens, ne sont-elles pas tout autant constitutives de l’identité culturelle européenne ?

L’identité culturelle européenne serait-elle donc faite de principes particuliers, locaux, régionaux, additionnés à de grandes catégories communes, nées de la sédimentation des traditions universelles des pensées antiques, médiévales et modernes ? Mais alors comment donner de cette identité une définition claire, commune et complète ? Cela paraît en effet impossible…

Une question ouverte

Poser la question de la culture et des cultures européennes, c’est par essence poser des questions ouvertes sans réponses figées… Poser la question de l’Europe des cultures et celle de la culture européenne, c’est y répondre. C’est, en effet, dans la question que s’élabore la réponse : la culture européenne est une question posée, ouverte dont le seul sens est celui de l’interrogation. Interroger la culture européenne c’est être au cœur- même de la question pour mieux la résoudre, pour construire une réponse, à mesure que s’élabore l’interrogation.

La culture européenne, depuis l’Antiquité, résulte d’une réflexion sur elle-même, d’un retour sur ses propres valeurs, certitudes ou errements. Ulysse se confronte à la complexité du monde, en-deçà de la compréhension que peuvent en avoir les dieux de l’Olympe, pour mieux appréhender ce monde, pour en percer le mystère et en apprendre, par l’expérience vécue, par la souffrance ou par le succès, l’intime secret.

La culture européenne est essentiellement habitée par le doute, la contradiction et la contestation. Elle réside précisément dans le fait même de poser la question de la culture, de la réfléchir et de la critiquer, de la relativiser et, partant, de l’universaliser. Car il n’y a aucune réponse figée et limitative, qui puisse fixer l’identité culturelle européenne dans le récit d’un musée, d’un livre ou d’un traité.

L’objectif donc du « Musée européen des Civilisations / Grand Cinquantenaire », serait donc, en creux ou en relief, suivant des thématiques transversales, d’interroger l’Europe des Cultures et les Valeurs de la Culture européenne, au départ des collections du Musée, en laissant les réponses à la libre interprétation de chaque individualité. Qu’il vienne de l’Europe ou d’ailleurs, qu’il soit du nord ou du sud, chrétien, juif, musulman ou athée, qu’il soit jeune ou vieux, homme ou femme,… le visiteur serait amené à être confronté à des questionnements transversaux, génériques, traversant les collections de part en part, sur la base d’une thématique choisie, d’un fil conducteur.

Par exemple, comment me situer au cœur d’une question telle celle de la mort et de la maladie, lorsque je découvre comment cette question est traitée en Europe, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, mais aussi dans les autres civilisations du monde ? C’est dans cette question et dans la réponse qu’y apporte l’universelle humanité que se situe la posture culturelle européenne. Peu importe la réponse, en fait.

De la singularité des cultures du monde entier, à l’universalité de la Culture européenne, il appartient à l’Europe de se remettre en question, d’acquérir cette réflexivité critique qui lui vient de son universalité: universalité des droits de l’homme, de la démocratie et des libertés fondamentales, universalité de l’évangélisation, d’abord, de la laïcité, ensuite, et surtout, universalité de la diffusion des savoirs et progrès techniques, des connaissances scientifiques et du rationalisme expérimental, etc… Comment appréhender cette universalité sans la remettre en cause ?

Le danger de l’ethnocentrisme est de penser cette universalité en principe préalable à toute fondation ou analyse culturelle, en évidence, en axiome ou en hypothèse généralisée… Le relativisme culturel est le devoir même auquel doit s’atteler un musée européen des civilisations. Au risque, sinon, de s’enfermer dans la certitude mortifère et réductrice de sa propre définition.


Il revient donc à l’Europe, par principe et par tradition, de se remettre sans cesse en question : c’est ce qui fonde même l’idée de progrès. Depuis sa plus tendre enfance, l’Europe connaît révolution politique, révolution scientifique, révolution industrielle, révolution intellectuelle et culturelle. C’est parce qu’elle s’interroge que l’Europe évolue, progresse et finalement s’universalise. L’Europe est révolutionnaire, parce qu’elle est en elle-même une certaine conception de l’histoire et du progrès.

Qu’est-ce donc que l’Europe en un mot ? C’est un certain type de rapport à la tradition, c’est une attitude par rapport à ce qui est établi. La remise en question est le moteur premier de la culture européenne… Au regard des autres civilisations du monde, c’est dans la contestation de la tradition que s’ancre l’idéal européen de culture et donc de progrès. C’est Prométhée qui vole le feu aux dieux. C’est la pomme du jardin d’Eden. C’est Icare et son expérience fatale…  

Ce rapport à la tradition est tout à la fois réflexif et critique, libre et contestataire, avec une conscience historique forte, faite de l’importance du passé au titre constitutif du présent, et de la responsabilité de la tâche de l’avenir, la nécessité de se réinventer sans cesse.

Dans un Musée européen des civilisations, il y aurait donc deux façons de trahir ce qui précède : figer l’Europe dans une identité culturelle limitative (dire ce qu’elle est ou ce qu’elle n’est pas, dans un discours aboutissant à une définition close) et la noyer dans une addition de cultures régionales ou nationales.


L’Europe de la Culture ne peut être ni une Europe qui muséalise des cultures-traditions, ni une construction sur une hypothétique identité culturelle figée. La Culture européenne est un principe à la fois de singularité et d’universalité, elle est la vie de l’esprit.

La Culture européenne n’est pas l’addition de cultures-patrimoines-traditions nationales et régionales, appelées diversité culturelle ou, pire, multiculturalisme. Elle n’est pas cette diversité culturelle, additionnée d’une culture européenne commune qui serait, elle aussi, comme un particularisme dans la culture mondiale… La culture européenne n’est pas un patrimoine ou une tradition, c’est une dynamique, un processus qui archive et qui réinvente, c’est un moyen plutôt qu’une fin, une faculté de critiquer et de réfléchir le passé pour mieux concevoir l’avenir, la Culture européenne, c’est l’esprit de la question, de la contestation, de la révolution et de la réinvention.

Constantin Chariot